C’est l’année 1971. Le jeune soldat anglais Gary Hook est envoyé avec son unité à Belfast en Irlande du Nord pour pacifier la ville dont le quotidien est caractérisé par le conflit entre les protestants pro-anglais et la population catholique. Cependant, le premier engagement des arrivés se mue déjà en débâcle : à l’occasion d’une rafle dans un quartier catholique surgit une foule de manifestants, jetant des pavés sur les soldats débordés. Quand le lieutenant ordonne la retraite, Gary et l’un de ses camarades restent derrière et se trouvent abandonnés par leur unité et menacés par des militants armés d’un groupe dissident de l’IRA. Gary réussit à s’en échapper, mais se retrouve en terrain hostile : son uniforme trahit facilement son identité de soldat anglais. Lorsque enfin il arrive à rejoindre un quartier protestant, il observe comment un soldat anglais supérieur en civil fournit de l’explosif à des paramilitaires protestants et les incite à mettre une bombe dans le quartier catholique. Gary, devenu un témoin accablant pour les agents provocateurs de son propre parti, doit s’enfuir de nouveau et se retrouve entre des lignes d’ennemis, chassé par les deux groupes brouillés.

Le réalisateur Yann Demange et le scénariste Gregory Burke utilisent le conflit en Irlande du Nord comme prétexte pour livrer un thriller parfois cruellement captivant. À aucun moment ils ne laissent au spectateur l’occasion de reprendre son souffle : la situation pour Gary, traqué et empêtré dans un lacis de violence, s’aggrave de plus en plus pour culminer dans une fusillade entre soldats anglais et militants de l’IRA. Demange, jusque-là réalisateur de clips, réussit à livrer un thriller efficace pour son premier long-métrage. Il démontre savoir mettre en scène une course poursuite ou un combat de rue. Lui et son cadreur, Tat Radcliff, réussissent à créer de belles images atmosphériques, même si on peu regretter par moments l’effet “caméra à l’épaule”. Les costumes et la reconstitution du décor aident à restituer l’époque des années 70 et contribuent aussi à l’ambiance glauque. Malheureusement, Demange néglige l’arrière-plan politique de la guerre civile en Irlande du Nord ainsi que les personnages qui demeurent superficiels. Il vaut ainsi mieux ne s’attendre qu’à un thriller palpitant, et non pas à un drame psychologique sur fond politico-historique.

Soyez social, partagez !

Prenez le temps de lire aussi...