Les Cahiers du CinéClub ont fait peau neuve. On était en septembre, il faisait encore doux, la rentrée, elle, démarrait dans les salles obscures. On voulait partir sur de nouvelles bases. Nouvelles bases et retour aux sources ? Ça ne semble pas se contredire. Un voyage dans le temps et nous voilà à nouveau en 1895. 1895, c’est Félix Faure qui succède à Casimir-Perrier à la présidence de la République ; Alfred Dreyfus est renvoyé au bagne de l’Île du Diable, et Louis Pasteur meurt ; on célèbre des obsèques nationales. Mais 1895, c’est aussi le brevet du cinématographe, déposé par Louis et Auguste Lumière ; la naissance du septième art. Un dispositif alambiqué posé à la sortie d’une usine à Lyon. Ça tourne !

Sortie d'usine (Workers Leaving the Lumiere Factory)

Premier numéro, premiers engagements. Sortie d’Usine est un jeune magazine, aucun doute là-dessus. Sortie d’Usine n’est pas à proprement parler un magazine engagé, quoique. Défendre une certaine idée du cinéma, des films, des auteurs, une création originale et éclectique, c’est une cause qui nous plaît assez.

Cocktails molotov et tracts incendiaires sont à retrouver dans notre dossier Après Mai, ainsi que des rencontres, au détour d’un couloir, autour d’un café, avec les porteurs du projet. Olivier Assayas, militant du cinéma indépendant, revient sur son film, ses convictions, ses revendications. Le vent contestataire souffle également sur les autres pages du magazine : le cinéma indépendant chinois, ou lorsque filmer, caméra au poing, revient à lever celui-ci en révolte artistique ; le portrait de Carax, l’éclatant retour d’un bruyant cinéaste un peu timide ; un guide des bonnes manières à suivre lorsqu’on adapte un roman à l’écran, et lorsqu’on se prépare à visionner une adaptation…

Entretiens riches, billets fins, analyses sensibles, on passe par les mots pour en revenir aux images. Brutes ou finement ciselées, elles soutiennent une idée. Manifestations foudroyantes que l’on tente de relayer.

Soyez social, partagez !

Prenez le temps de lire aussi...

A propos de l'auteur

Ariane Kupferman
Rédactrice en chef

Rédac-chef sous caféine - recherche sous-titres désespérément à Tel Aviv.